Social Icons

mercredi 20 mars 2013

Téléchargement Illégal : Ces Résistants 2.0

Jack Sparrow - Pirates des Caraïbes
Souvent décrié, placé au pilori sur la place publique, le téléchargement illégal et ses adeptes sussnommés pirates (Jack Sparrow) représentent-ils une menace ?


"qui vole un mp3 vole un boeuf"





Condamnés à devoir payer des sommes inconcevables et ridicules pour avoir "DL" le dernier album de Justin Bieber (pas si mauvais j'en conviens), ces pseudos "Hacker" souvent âgés de 15 ans et demi sont considérés dans les médias et par le gouvernement et sa "justice" comme de véritables criminels. (cf Condamné à 9000 €)


La Haute Autorité pour la diffusion des œuvres et la protection des droits sur Internet ou Hadopitente, tel un shérif avec un gros pistolet de 30 millions d'euros de budget investis depuis sa création (merci nos impôts) de faire régner l'ordre dans le capharnaüm du numérique.

Ce que je pense tout haut 

Aussi puissant que le boycott des produits nationaux à l'égard d'un pays, le téléchargement illégal de produits culturels (ebook, film, album) en fichiers (epub, avi, rar, mp3)  pourrait s’apparenter à une résistance à l'égard de la puissance souveraine.

Aujourd'hui surnommés "contrefacteurs", ces soldats du ras le bol, ces chevaliers du pouvoir d'achat pris pour cible comme dans la chanson du groupe de Rap français, combattent avec hargne et conviction, à coups de streaming, Peer 2 Peer (emule, torrent) et téléchargement direct, des années d’oppression financière.

Comme les nombreux déçus du système de la téléphonie mobile après l'affaire sur l'entente des leaders (cf SFR, Bouygues et Orange condamnés pour entente), qui ont fini par rejoindre les rangs de Free Mobile et son leader charismatique Xaver Niel en signe de contestation, les ayants-droit subissent les foudres de la colère des consommateurs après avoir tiré sur la corde des prix (albums, singles, places de cinéma) pendant des années.

Des solutions inadaptées
Itunes
La fascination des ayants-droit suscitée par iTunes et son téléchargement payant en ligne s'explique par les conditions d'utilisation de son système qui INTERDIT à ses utilisateurs de léguer en héritage la propriété des contenus ACHETÉS (cf Bruce Willis attaque Apple et Itunes en justice). 

Trop tard pour crier au scandale, vous êtes LOCATAIRE de votre musique.

La fermeture de Beezik, l'unique site de téléchargement légal de MP3 financé par la publicité, qui, malgré ses 3 millions d'utilisateurs, ferme ses portes compte-tenu de la complexité (j'appelle ça de la gourmandise) des négociations sur les droits avec les maisons de disques (cf Beezik va fermer).

La multiplication des offres promotionnelles Marketing "révolutionnaires" (Réédition d'album un mois après sa sortie, T-shirt à gagner etc...) - censées relancer la consommation - font une nouvelle fois passer le bon "couillon" acheteur pour une "banane" payant le prix fort pour avoir moins (de chansons par exemple) et dans de moins bonnes conditions d'achat (déplacement pour l'achat, support périssable etc...) en comparaison avec le méchant pirate criminel de la nation.

Mes Conclusions

Les "pirates" perçus comme des "Culture Killer" la font vivre, en consomment plus qu'autrefois et, selon certaines études dont une très sérieuse menée par une instance familière -Hadopi pour ne pas la nommer- achètent le plus de biens culturels (cf Les plus grands consommateurs de biens culturels sont les pirates). 

MC Solaar - Les Temps Changent
Je pense que comme MC Solaar il faut insister sur le fait que "Les Temps Changent" et que faire machine arrière serait comme supprimer Google de la surface du Web, en d'autres termes : se tirer une balle dans le pied !  

Les ayants-droit, qui gèrent leur business avec une main ferme de proxénète, doivent s'adapter aux changements du numérique et trouver d'autres solutions (Livres Blancs, Mixtape Gratuite, Mp3 offert avec le soin de prendre l'adresse e-mail de l'utilisateur au préalable évidemment) et d'autres sources de revenus pour leur contenus (publicité en pré-roll/post-roll par exemple).


Facile pour les puissants, d'attribuer au téléchargement illégal et à ses contributeurs la crise de l'industrie musicale et à venir des livres ainsi qu'un rôle principal aux maux des entreprises culturelles comme la Fnac et Virgin, oubliant dans leur calcul l'augmentation du prix de la pierre dans le Paris "musée" de notre ère et la baisse du pouvoir d'achat.

Avez-vous entendu La Poste se plaindre de la création du mail ? (qui a considérablement réduit son coeur de métier). 

Avez-vous entendu les coiffeurs crier au scandale après l'arrivée de la tondeuse fonctionnelle et bon marché ? (devenu le concurrent numéro 1 de leur profession artisanale et millénaire). 

Avez-vous entendu se plaindre les prostitués de la croissance de la consommation de films X sur le net ? (affectant leur "fond" de commerce).

Au train où va la victimisation des ayants-droit bientôt :
  • On expliquera dans les écoles que le téléchargement "Ce n'est pas bien" à l'instar des actions de sensibilisations menées par les associations dans nos collèges qui nous ont bien sûr empêchés de nous mettre à fumer du Shit.
  • On atteindra l'ère où seront privés d'aides sociales en tout genre les citoyens ayant un passif "pirate" (Qu'est-ce qu'on ferait pas pour un tube de Rihanna)
Pauvres acteurs de cinémas et Majors de musique, pauvres Zazie et autres Enfoirés qui vont voir s'envoler leurs rêves de "Château en Espagne" et qui arboreront bientôt des T-Shirts "Le téléchargement m'a tuer". 

Je pense qu'avec l'Etat qui, en période de "crise économique", essaye de taper sur tout ce qui bouge - comme un queutard en vacances - les sanctions financières à l'égard des "pirates" devraient s’accroître sérieusement durant les prochaines années sans aucune remise en question !
leBloggers