Social Icons

mercredi 13 mars 2013

Quentin Tarantino : La vengeance est son fond de commerce



Réalisateur ô combien adulé pour son talent, Quentin Tarantino n'en est pas moins une machine à pondre des films Box-Office comme David Guetta ou Pitbull balancent des tubes.

Connu et reconnu pour ses films "indépendants" à succès comme Reservoir Dogs et Pulp Fiction, le réalisateur, scénariste, producteur et acteur américain semble s'être lié d'amitié et d'amour avec la déesse simplicité.



Je m'explique ! Sans rien enlever à son savoir-faire et à sa touche personnelle si prisée du public, Quentin Tarantino continue de distribuer sur le grand écran des chefs-d'oeuvre qui ont un arrière goût de déjà vu.

Malgré la réussite indéniable de Django Unchained, tant dans son écriture que dans sa réalisation, j'ai vécu le visionnage de ce long-métrage comme une seconde fois.


Ce que je pense tout haut

Créatif en son temps, Quentin Tarantino revient sur l'esprit de vengeance de l'être humain et refait l'histoire une nouvelle fois avec Django Unchained.

Inglorious Bastards revenait sur la tragédie de l’Holocauste mettant en scène une bande de juifs américains, avec Brad Pitt pour leader, fraîchement débarqués en Europe pour venger leurs frères du vieux Continent. 

Cette fois avec Django Unchained, Tarantino revient sur l’Histoire et se mue en vengeur de l’esclavage et de la traite négrière, avec Jamie Foxx à la clé pour mener cette fiction, dans une Amérique au combien archaïque et raciste.

Malgré tous le respect que j'ai pour ce grand réalisateur de notre ère, j'ai bien peur que Quentin Tarantino s'enferme dans le cercle de la loi du talion qui pourrait, sur le long terme, lui être préjudiciable

Je ne serai pas étonné de voir ou plutôt étonné de ne pas voir maintenant, un film de Tarantino traitant de la vengeance des Tutsis sur les Utus, avec Will Smith en guest star (pourquoi pas ?), des Kurdes sur les Turcs, des Palestiniens sur les Israéliens, des Tibétains sur les Chinois etc...
leBloggers